Vous êtes-vous déjà demandé quelle était la différence entre un vin AOP et AOC ? Au risque de vous surprendre, il n'y en a pas. L'Appellation d'Origine Protégée n'est rien d'autre que l'homologue européen du concept d'Appellation d'Origine Contrôlée.

Peu importe la dénomination prise par ce label, son objectif reste le même : protéger les traditions ancestrales qui font la singularité du terroir français. Si vous avez déjà bu une goutte de l'AOP Picpoul de Pinet, vous savez que seul un savoir-faire précis peut donner naissance à pareils arômes...

Souvent confondues, les notions d'AOP et d'AOC s'apparentent plus à des sœurs qu'à des rivales. Pour ne plus commettre cette bourde monumentale, il est nécessaire de remonter à la genèse des deux labels.

AOC est une vieille appellation français, remplacée par la notion européenne d'AOP en 2012.

Qu'entend-on par Appellation d'Origine Contrôlée ?

En 1935, l'excellente réputation des produits français permet à l'hexagone d'avoir une économie florissante. Profitant de cette notoriété, des personnes sans scrupules essaient alors de tirer profit de cette situation.

Pour endiguer les fraudes grandissantes, le gouvernement promeut un décret-loi, créant ainsi le label AOC.

Comme son nom l'indique, l'Appellation d'Origine Contrôlée certifie qu'un produit a été confectionné suivant un cahier de charges bien précis et dans une aire géographique délimitée. C'est par exemple le cas des volailles de Bresse, du miel de Corse ou des olives de Nîmes.

De par la configuration unique des sols qui les ont vus naître et l'expertise de leurs artisans, les produits AOC ont une saveur qu'il est impossible de retrouver ailleurs.

L'unique organisme habilité à délivrer des labels AOC est le Ministère de l'Agriculture. Afin de mener à bien cette tâche, ce dernier s'appuie sur des organismes agréés qui se rendront sur les lieux pour évaluer les artisans.

Afin d'aller plus loin, il est important de souligner que l'obtention du label AOC n'est guère facile. La procédure implique non seulement des analyses géologiques mais aussi le suivi rigoureux d'un cahier de charges. Il n'est pas permis de faire ne serait-ce qu'une entrave au protocole établi.

Le 1er janvier 2012, après 77 ans au service des Français, le label AOC a officiellement cessé d'exister. Actuellement, seuls les vins ont encore le droit d'arborer avec fierté le logo AOC.

Qu'est-ce que l'Appellation d'Origine Protégée ou AOP ?

À partir du XXe siècle, les États européens commencent peu à peu se voir comme un continent uni plutôt qu'un agrégat de pays. En 1992, afin de protéger les traditions culinaires européennes, ils adoptent le label Appellation d'Origine Protégée (AOP).

Dans les faits, il ne s'agit de rien d'autre que d'une transposition à l'échelle continentale des différents labels étatiques. Ainsi, l'AOC français devient AOP de même que le PDO (Protected Designation of Origin) britannique, le DOP (denominazione d’origine protetta) italien, etc.

Le 1er janvier 2012, l'AOP a définitivement remplacé le concept d'AOC. Enregistrés auprès de la Commission Européenne (CE), les produits AOP permettent aux artisans de faire reconnaître leur dur labeur. Pour le consommateur, c'est un gage de qualité et surtout d'authenticité.

Sans être un œnologue confirmé, vous prenez plaisir à vous délecter des produits de la vigne. Seulement voilà... Étant donné que vous ne savez pas précisément comment reconnaître un bon vin, vous avez eu maintes fois de mauvaises surprises.

Il est temps que cela cesse ! Désormais, quand un sommelier vous fera une proposition, vous serez en mesure d'y répondre avec certitude. Pour différencier les grands crus des mauvais vins, vous pouvez commencer par vous baser sur trois critères : la couleur de la robe, la qualité des arômes et la longueur en bouche.

Prêter attention à la robe du vin

Si le vin a été confectionné avec amour, cela transparaîtra dans sa robe. Brillante, unie, elle donne envie aux épicuriens d'en savoir plus.

Si vous observez des défauts d'homogénéité ou de coloris, refusez catégoriquement de prendre cette bouteille. Il s'agit probablement d'un vin qui a tourné suite à une mauvaise conservation. En revanche, qu'ils soient rouges ou blancs, les breuvages dignes de figurer sur la table de Bacchus se bonifieront en vieillissant.

Au fil du temps, les bordeaux de qualité tendront à devenir un peu plus rouge brique, voire légèrement bruns. C'est le signe que les tannins sont sur le point de libérer leur pleine puissance. Foncez.

Un arôme puissant, corsé et parfaitement équilibré

Si vous avez l'occasion de goûter le vin, alors vous pourrez pousser votre analyse au-delà du visuel.

Le goût d'un vin rouge se détermine à l’aide d’un gradient à trois axes. Tanin, onctuosité et acidité sont les paramètres sur lesquels les critiques se basent pour juger de la qualité d'un vin rouge. Attention cependant... Si l'un des axes se fait prédominant, la qualité du vin en pâtira grandement.

Par exemple, dans un bordeaux où les tannins ont pris le pouvoir, le rendu final sera acide. En bouche, le vin rouge sera perçu comme astringent et créera vite une sensation de gorge sèche.

Par contre, si le même vin voit son degré d'onctuosité augmenter, il deviendra immédiatement plus doux. En effet, le gras contrebalancera l'effet asséchant des tannins, rendant l'ensemble bien plus plaisant à savourer.

Diagrame de Quant expliquant comment reconnaitre un bon vin par ses arômes.

En fin de compte, il est très facile de reconnaître un mauvais vin. Dès qu'il effleurera vos papilles gustatives, il fera preuve de son manque de raffinement. Trop vert (excès d'acidité), asséchant (surabondance de tannins) ou renvoyant une sensation de gras (trop d'onctuosité), il n'est pas de ceux qui passent inaperçus.

Reconnaître un bon vin par sa tenue en bouche

Vous est-il déjà arrivé de boire un vin dont l'arôme s'évapore après quelques secondes ? En plus d'être déplaisant, cela vous laisse sur votre faim.

C'est en grande partie dû à la mauvaise qualité des raisins ayant servis à la confection du vin. S'ils sont récoltés trop tôt, ils n'auront pas eu le temps de développer leurs arômes. S'ils sont mis à maturation tardivement, le processus de putréfaction aura eu raison d'une partie de leurs molécules olfactives.

Après son passage dans votre gorge, un bon vin rouge restera présent pendant au moins 2 à 3 minutes. Pendant ce laps de temps, vous pourrez vous délecter sans vergogne de ses arômes.

Depuis 2000 ans, les sols de l'étang de Thau sont réputés pour la qualité du vin qu'ils produisent. Sobrement baptisé Picpoul de Pinet (Appellation d'Origine Contrôlée), ce vin blanc aux effluves de minéraux et d'agrumes accompagne à merveille les plateaux de fruits de mer. Est-ce surprenant quand on sait que son cépage, le Piquepoul blanc, ne peut pousser qu'à quelques kilomètres de la mer ?

L'AOC Picpoul de Pinet n'en est pas pour autant élitiste. De fait, il se trouve aisément dans la plupart des points de vente de vins. Même si son terroir c'est la mer, ce vin blanc venu du sud n'a pas peur de découvrir d'autres horizons.

Un sol à mi-chemin entre la mer et la terre

Estimée à 2 400 ha, l'aire de production du Picpoul de Pinet est loin d'être réputée pour l'abondance de ses pluies. Bercée par un climat méditerranéen, la région bénéficie d'étés doux et d'une pluviométrie annuelle de seulement 600 millimètres par an. Cependant, pour ces sols à la composition unique, c'est bien assez.

En effet, le profil géologique de la région est caractérisé par la présence de marnes rouges, de sables, de graviers et de molasses à esquilles calcaires. En surface, le touriste sera surpris par l'ondoyance de l'environnement. Monts, combles et vallons constituent le relief de la région avoisinant l'étang de Thau.

Un vin au profil polyvalent

Seul un cépage est utilisé pour donner naissance au Picpoul de Pinet. Avec son cycle végétatif long et son extrême résistance à la sécheresse, le cépage est parfaitement adapté aux conditions climatique de l'Hérault. Bien qu'existant en noir, blanc et gris, c'est sa variante blanche qui rencontre le succès auprès des vignobles.

C'est grâce à ce cépage que le Picpoul de Pinet a cette saveur reconnaissable entre mille. Minéral, presque salin, son fumet se pare d'arômes délicats qui évoquent agrumes et fleurs.

Quelles autres informations est-il nécessaire de posséder sur cet AOC ? Son nom dérive de Piquepoul, un cépage de la région, et de Pinet, un village situé entre Béziers et Montpelliers. Mais ce n'est pas tout...

Pour que les tannins soient à leur apogée, les vendanges de Piquepoul sont effectuées pendant la nuit et le plus tardivement. Cela permet de les faire fermenter pendant 3-4 semaines à des températures extrêmement basses créant ainsi un breuvage unique.

Au moment où vous retiriez le bouchon de liège de cette bouteille de vin blanc, vous étiez convaincu de la boire jusqu'à la lie. Seulement voilà... Le temps ne vous a pas donné raison. Désormais, entre vos mains, se trouve une bouteille à moitié vide qui a besoin d'attention particulière pour ne pas s'altérer.

Une fois la bouteille ouverte, c'est une course contre la montre qui débute. Au contact de l'oxygène présent dans l'air, le vin blanc s'oxyde progressivement. Pendant les premières heures, ce processus permet de réveiller les arômes, de leur donner de la puissance.

Cependant, si le vin blanc reste ouvert trop longtemps, ce qui était un bénéfice se transforme en désavantage. De fait, mal conservé, même le meilleur des vins blancs finit par avoir un goût de vinaigre. Malgré sa teneur en alcool oscillant de 21 à 41 %, le vin blanc est un breuvage fragile qui, une fois exposé à l'air libre, doit être protégé de la lumière, de la chaleur et de l'oxygène.

Protéger son vin blanc de la lumière

Si vous désirez accélérer le vieillissement d'un vin blanc, laissez-le se dorer la pilule au soleil. Au contact des rayons de l'astre solaire, les réactions chimiques à l'origine de l'oxydation seront décuplées. En langage profane, cela signifie que votre vin blanc s'abîmera bien plus vite.

Pour éviter que ce scénario catastrophe ne devienne une réalité, assurez-vous que votre bouteille de vin blanc soit stockée dans un placard ou dans un réfrigérateur.

Plongé dans les ténèbres, votre vin blanc sera moins enclin à s'oxyder. Cependant, pour un résultat optimal, le mieux reste encore de le mettre au frigo. Ainsi, vous pourrez à la fois bénéficier des bienfaits de l'obscurité mais aussi de ceux liés aux températures basses.

Photo d'une cave illustrant comment  conserver du vin blanc à l'abris de la lumière.
Le vin est toujours stocké à l'abris de la lumière.

Protéger son vin blanc de la chaleur

Dans la même lancée, assurez-vous que votre bouteille de vin blanc ne subisse pas les affres des températures caniculaires. Attention... Malgré l'expression employée précédemment, ce conseil est aussi valable pendant les trois autres saisons de l'année.

Plus il fait chaud, plus les processus chimiques seront intenses. Cela aura pour effet d'abîmer encore plus rapidement le vin.

Pour protéger votre vin blanc de la chaleur, le plus simple reste encore de le ranger au réfrigérateur. Dans cet environnement contrôlé, il sera à l'abri de la lumière mais aussi de la chaleur. À défaut, stockez votre bouteille dans la pièce la plus fraîche de la maison.

Cependant, ni une pièce fraîche, ni un réfrigérateur ne seront en mesure d'égaler la conservation dans une cave. Qu'elle soit électrique ou manuelle, la cave a été conçue afin de prolonger au maximum la durée de vie des vins. Si vous avez la chance de posséder une cave, pourquoi refusez de vous en servir ?

Photo d'un frigo illustrant comment conserver une bouteille de vin blanc ouverte à l'abris de la chaleur.
Si vous n'avez pas de cave, rien de tel que le frigo pour stocker une bouteille ouverte !

Protéger son vin blanc de l'oxygène

Pendant les premières minutes qui suivent l'exposition du vin à l'air, l'oxydation va permettre au breuvage de libérer ses tannins. Ce processus va durer pendant au maximum 24 heures. Après, c'est une autre histoire qui commence à s'écrire...

Pour bien conserver une bouteille, il faut bien comprendre les problématiques liées à son oxydation. Le processus en lui-même n'est pas mauvais. De fait, si l'on recommande de mettre les vieux vins en carafe, c'est pour permettre à leurs arômes d'être libérés au contact de l'air. De même, s'il est conseillé de remuer le vin dans le verre avant de le déguster, c'est pour des raisons similaires.

Néanmoins, il est important de veiller à ce que l'oxydation ne s'étale pas dans le temps. Pour ce faire, ayez systématiquement le réflexe de refermer votre bouteille de vin une fois le dîner achevé. Si vous en avez les moyens, investissez quelques euros dans une pompe à air, laquelle vous aidera à extraire l'oxygène présent dans la bouteille.

Une autre astuce consiste à transvaser le vin restant dans un contenant plus petit. N'oubliez pas... Plus il y'a d'air présent dans la bouteille, plus votre vin blanc s'abîmera rapidement.

Combien de temps peut-on conserver un vin blanc ouvert ?

Pendant les premières 24 heures, votre vin blanc profitera de chaque seconde passée à l'air libre. Ses arômes se feront plus marqués... Ses tannins se laisseront lire avec plus de facilité... Il deviendra plus savoureux à chaque minute qui passe.

Le deuxième jour, il ne sera plus aussi goulu. En bouche, son goût commencera à se rapprocher à celui d'une pomme trop mûre. À compter du troisième jour, il sera tout simplement imbuvable.

Heureusement, rien ne vous oblige à emprunter cette voie. En appliquant les conseils cités plus haut, votre vin blanc restera savoureux pendant 3 jours, voire plus s'il est riche en sucres.

Dans la région de l'Hérault, un plateau d'huîtres ne se déguste jamais sans un verre de Picpoul de Pinet. De par son agrume floral et son goût vif, il plaît à toutes les générations. En ayant entendu parler, nombreux sont ceux à se poser la question : quel est le bon prix pour un Picpoul de Pinet ?

Il est très difficile de donner une unique réponse à cette question, le bon prix pour n'importe quel vin devrait être celui dans vos moyens et qui vous permet de vous faire plaisir. Mais vous êtes là pour avoir des chiffres, alors nous ne nous esquiverons pas de la sorte.

Chez nous, le Picpoul de Pinet est vendu à partir de 8 € les 0,75 L et peut dépasser les 16€ pour certaines cuvées. C'est un breuvage qu'il est bon de toujours avoir dans sa cave.

Un vin blanc à découvrir absolument

Que l'accessibilité de son prix ne vous induise pas en erreur. Le Picpoul de Pinet est une Appellation d'Origine Protégée (AOP) qui porte haut les couleurs du Languedoc-Roussillon.

Il tire son goût unique des conditions météorologiques uniques dans lesquelles il voit le jour. 600 millimètres de précipitations par an. Un hiver extrêmement doux, très loin du froid mordant des régions avoisinantes. Une proximité troublante avec la mer.

Du fait de ce cadre exceptionnel, le cépage piquepoul dont il est constitué à 100 % a une saveur reconnaissable entre mille. Un tantinet acides, ses grappes ailées portent des fruits serrés les uns contre les autres.

Une grappe de piquepoul
Une grappe de piquepoul dans nos vignes

Actuellement, le vin Picpoul de Pinet est produit sur 2 400 ha par 28 caves dont 24 coopératives et 4 appartenant à des particuliers. Chaque année, ce sont 90 000 hectolitres de Picpoul de Pinet qui sont ainsi produits, parmi lesquels 35 % sont consommés au sein de l'hexagone.

Le juste prix d'un Picpoul de Pinet

Goulu, le Picpoul de Pinet est aussi extrêmement inclusif. En fonction des enseignes, il est possible d'obtenir une bouteille de 0,75 L pour 9€ voire moins. Chez nous par exemple, la cuvée des Comtesse est à 8€.

Photo du vin Picpoul de Pinet "Cuvée des Comtesse" de Gaujal de Saint bon

Bien sûr, il est toujours délicat de parler de "juste prix" dans le domaine du vin et le Picpoul de Pinet ne fait pas exception. Comme tous les vins, les prix vont varier en fonction d'une multitude de facteurs. Ce n'est pas parce qu'un vin aura un prix très élevé qu'il sera forcément à votre goût, et inversement.

Dépendamment des vignobles et des variétés de piquepoul, son tarif peut aller crescendo. Ainsi, un Picpoul de Pinet élevé sur lies se vend généralement 5€ de plus que son homologue classique.

Malgré ces quelques variations, vous serez toujours en mesure de savourer ce nectar sans virer dans le rouge.

Quand vous avez acheté cette bouteille de rosé, le vigneron n'a pas manqué de vous préciser qu'il se dégustait de préférence à 8-10 °C. Seulement voilà... Comment donc mesurer la température dudit vin ? C'est simple : vous pouvez vous servir d’une cave à vin ou utiliser un thermomètre particulier.

Solution #1 : ne pas avoir à mesurer la température grâce à la cave à vin

Si vous collectionnez les bouteilles de vin, ne réfléchissez pas deux fois : une cave à vin est un excellent investissement. Orientée Nord-Est ou Sud-Ouest, elle se présente généralement sous la forme d'un édifice enterré ou semi-enterré.

Dans le cas où votre résidence ne serait pas immense, il existe des modèles préfabriqués pour les petits espaces et des armoires réfrigérés.

Cave à vin réfrigérée (source)

Bien qu'onéreuse, la cave à vin est la meilleure façon de s'assurer qu'un vin soit à la bonne température. En effet, dans cet espace clos, tous les paramètres sont déterminés au millimètre près : température, hygrométrie, lumière, vibrations... Tout est calibré dans les moindres détails.

Néanmoins, pour les budgets plus réduits ou les services qui s'éternisent, il est aussi possible d'utiliser des thermomètres à vin.

Solution #2 : mesurer la température d'un vin avec un thermomètre

Le thermomètre à clipper

Thermomètre magnétique en bandeau très pratique pour mesurer la température d'un vin.
Photo d'un thermomètre à clipper (source)

Il existe des thermomètres à vin qui ne nécessitent pas d'ouvrir la bouteille. Ayant la forme d'un bandeau magnétique, ils adhèrent à la bouteille et vous permettent de mesurer la température du vin en quelques secondes.

Solide, résistant à l'humidité, ils n'ont pas besoin de piles pour fonctionner. Si vous désirez vérifier la température du vin avant de le servir, ce thermomètre est idéal.

Le thermomètre à vin classique en tige

Photo d'un thermomètre à vin classique (source)

Un peu similaire au thermomètre que nous utilisons pour les températures extérieures, cette tige se plante dans votre bouteille avant le service pour vous assurer que la température soit acceptable.

Vous pouvez en trouver de pleins de modèles différents, mais nous avons une petite préférence pour les idées astucieuses, comme ici où il faut aussi office de bouchon.

N'oubliez pas que la température de dégustation idéale d'un vin peu varier de 7°C à 19°C (source), mieux vaut avoir un thermomètre de qualité si vous êtes un amateur de bons vins !

Le thermomètre de cuisine

Pas de thermomètre à vin à portée de main ? Vous pouvez vous servir de votre bon vieux thermomètre de cuisine. Attention cependant, l va falloir qu'il puisse entrer dans la bouteille. Généralement, c'est quand le vin est déjà en carafe que le thermomètre de cuisine se montre utile.

Méfiez-vous aussi de la précision, les thermomètres de cuisine bons marchés peuvent parfois manque de précision et se révéler trompeurs pour mesurer la température de votre vin.

Château de Pinet - 
Gaujal de Saint Bon

1 rue Ludovic Gaujal 34850 Pinet
+33 (0)4 68 32 16 67 ; +33 (0)4 67 77 10 00
chateaudepinet@orange.fr 

Site sécurisé HTTPS

Ce site est sécurisé avec le protocole HTTPS qui crypte vos données.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
Réalisation : Baptiste Pagès
fr_FR
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram